• 6 participants de GRESY à cette cyclo montagnarde organisée, de main de maître, par le Vélo Club d' ANNECY.

    au total 224 km et 4200 de D+ avec passage au Col des Aravis, Côte de Domancy, Col de Joux Plane, Les Gêts, Col des Fleuries et Col de Fretralaz.

    Le c/r établi par un membre du  VCA retrace bien ces 2 jours de rando et je ne vois rien à y ajouter si ce n'est que nous avons pris un grand plaisir à y participer.  Et des photos  bien sûr !!

    ------

    1030 participants à cette cyclo montagnarde d’Annecy qui s’est déroulée les 9 et 10 juin.

    Une météo finalement très correcte. Le grand regret des participants, ce furent les nuages sur le sommet du Mont-Blanc durant les deux jours mais cela n’empêcha pas les cyclos (et cyclotes) de profiter de ce très beau parcours.

    Après une mise en jambes jusqu’à La Clusaz où les attendait un copieux ravitaillement, nos cyclos ont attaqué la montée au col des Aravis. Le soleil fut bien présent durant cette magnifique grimpée même s’il fallut s’accommoder de voitures et motos bien bruyantes ! La descente fut négociée par tous très prudemment, le revêtement étant bien dégradé par endroits. Après quelques ondulations de terrain du côté de Cordon, deuxième ravitaillement à Domancy avant de se frotter à la mythique côte de Domancy, courte mais bien raide, que beaucoup de cyclos ont trouvé assez éprouvante. La suite du parcours jusqu’à Cluses ne sera que descentes et plats avant de remonter au col de Châtillon pour ensuite se laisser glisser jusqu’à Morillon ou Samoëns, lieux des hébergements.

    Les hébergements, très agréables, furent plébiscités par les cyclos pour leur qualité : chambres confortables, linge de toilette et draps fournis, repas copieux… et le bar… très fréquenté à l’arrivée samedi soir !

    La journée du lendemain démarra très fort puisque les pentes du col de Joux Plane s’offrirent aux cyclos dès le départ. Bien raide ce col, mais quel panorama au sommet et quelle belle montée, même si certains ont bien souffert !  Belle descente sur Morzine, négociée prudemment, la route étant en travaux par endroits. De là, remontée aux Gets pour un premier ravitaillement. Descente sur Taninges puis retour au col de Châtillon d’où nous avons gagné Saint-Pierre en Faucigny via Marignier et Bonneville. Il faudra encore grimper une petite rampe de trois kilomètres pour atteindre Saint-Laurent et profiter du repas chaud. Le circuit n’est pas encore terminé puisqu’il faut gravir le col des Fleuries par une petite route avec un « joli » passage à 13 %, descendre sur Thorens-Glières, rejoindre le petit col de la Fretallaz et enfin descendre sur Annecy pour se retrouver au boulodrome où chacun eut droit à une boisson, bien méritée, offerte par l’organisation !

    -------

    - BCM  ANNECY 

    1er ravito à  LA CLUSAZ

    - BCM  ANNECY 

    TOUS ENSEMBLE AU COL DES ARAVIS

    mais Jean Louis a fait un détour par la Croix Fry

    - BCM  ANNECY 

    un peu de protection ne fait pas de mal...

     

    - BCM  ANNECY 

    la  fameuse  côte de  DOMANCY,  ça  pique  pas mal

    surtout après le ravito  !

    - BCM  ANNECY 

     

    - BCM  ANNECY 

    la cascade de l'ARPENAZ,  entre Sallanches et Cluses

    - BCM  ANNECY 

    un vélo abandonné ?  ....pas pour longtemps  

    - BCM  ANNECY 

    une vue de notre hébergement à SAMOENS,  la  classe 

    - BCM  ANNECY 

    et qui c'est les  goinfres du matin ??

     

    - BCM  ANNECY 

    tout le groupe au sommet de JOUX PLANE

    ça  plane  pour  eux...bravo

    - BCM  ANNECY 

    Nicole  tutoie  les sommets 

    - BCM  ANNECY 

    le Mont Blanc se dévoile

    - BCM  ANNECY 

     

    3  Grésiliens au lac de Joux Plane

    ( merci au  V C A pour ces 3 belles photos )

     

    - BCM  ANNECY 

     

    passage au col du Ranfoly avant de plonger sur Morzine

    - BCM  ANNECY 

     

    - BCM  ANNECY 

    et dans la descente,  un gros névé fait de la résistance

    - BCM  ANNECY 

    à l'arrivée,  cette bière là  en vaut  dix ...

    superbe  randonnée en Région Savoie

     

    Participants :  Jean Claude et Nicole, Josette, Jean Louis, Patrick et André

     Photos de Patrick et André et du  VCA


    votre commentaire
  • de plus en plus de photos sont prises au cours de nos sorties.....

    en voici quelques exemples:

    --------

     

    le 20 juin, pause au col de Frêne  ( avant d'accélérer  bien sûr !! )

    - sorties  CLUB 

    il y avait même  un  " nouveau "

    - sorties  CLUB 

     

     

    -- le  16 juin,  montée au Grand Colombier :

     

    - sorties  CLUB 

     JOSETTE et  JEAN CLAUDE  au  Sommet du  GRAND COLOMBIER

    (  il manque  JEAN sur la photo )

     

    - sorties  CLUB 

    en Juin,  Patrick  au  BCMF  du  JURA

     

    CYCLOS DE GRESY 

    Marcel et son groupe de  Dames au Revard

    CYCLOS DE GRESY 

    au  Relais du Chat  en novembre ??   non  en Juin

     

    CYCLOS DE GRESY 

    ah oui  il est  BEAU  LE  CYCLO

     

    CYCLOS DE GRESY 

    au col de  l' Epine  ( facile  c'est écrit... )


    votre commentaire
  • COMPTE RENDU DU SEJOUR A L’ISLE SUR LA SORGUE,

    MAI 2018

     

    Bonjour à tous ceux qui auront la curiosité de revivre ou de vivre, en mots et en images, ces sept journées passées dans le Vaucluse, dans l’hôtel Mousquety de la chaîne Belambra clubs.

    http://www.belambra.fr/club-l-isle-sur-la-sorgue-le-domaine-de-mousquety

    Alors, par quel  bout attraper ce compte rendu ? Ordre chronologique ? Bof, pas envie. Ordre thématique, je préfère. Alors, allons-y.

    Les participants 

     25 dont  22 cyclos et 3 marcheuses qui n’ont pas fait semblant, qui de rouler, qui de parcourir les chemins.

     

    La région.

    Elle est riche de charmants villages, perchés ou pas (Bonnieux, Oppède le Vieux, Fontaine de Vaucluse… et l’Isle sur la Sorgue). 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE   

    - Séjour en VAUCLUSE 

      

    Les rivières sont un atout indéniable et siroter un café au bord d’une des Sorgues, c’est un vrai plaisir des yeux et des oreilles, des papilles gustatives aussi, naturellement.

     

     

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

     

     

     Bien des collines, de petits cols, ça monte et ça descend, pas très fort le plus souvent, mais assez pour casser les pattes. L’abbaye de Sénanque a retenu notre attention, même si nous n’avons pas pu en visiter l’intérieur (tenue inadaptée).

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

     

    Et puis, nous étions dans une région vinicole et nous avons traversé des villages aux noms prestigieux : Beaumes-de-Venise, Gigondas, Vacqueyras, par exemple.

    - Séjour en VAUCLUSE 

     

     

      

    Les sorties à vélo.

    Alors là, nos respects, messieurs les rouleurs et mesdames les « rouleuses ». Les 22 cyclos  ont beaucoup pédalé en groupe. Les plus rapides ont attendu les moins aguerris, presque tout le temps à l’aller, souvent au retour aussi et nous pouvons les en remercier, car cela a indéniablement participé à l’atmosphère confiante et détendue. Le kilométrage a, grosso modo, oscillé entre 60 et 130 kilomètres (plus souvent aux alentours de 100/120), avec des dénivelées de 500 m à 1800 m. Et le Ventoux, dans tout cela, le mythique Ventoux ?

    - Séjour en VAUCLUSE 

    même vu de  loin, il reste  impressionnant

    D’aucuns s’étaient bien promis d’en faire l’ascension ! Aïe, aïe, aïe ! Misère de misère : on en a parlé, reparlé, on l’a programmé (enfin, avec un point d’interrogation tant le doute était palpable), déprogrammé, reprogrammé (avec une kyrielle de points d’interrogation, eh oui, toujours le doute !) mais le vent, ce vent qui gifle, qui bouscule, qui s’arc-boute pour  pourrir la progression… le vent, donc, la pluie et la neige aussi, ont eu raison des ambitions. Et il le fallait parce que, franchement, même vu de loin, on se disait que ce n’était pas raisonnable. On n’avait pas envie d’être ramené en hélico…Au départ, le matin, il faisait autour de 9°. 

     

      On a aimé les gorges de la Nesque.

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

     

    ...et certains de ses  " habitants "...

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE  

    - Séjour en VAUCLUSE 

    copains  comme......sanglier  !!

     

    Certains ont affronté une côte à 17 % sur un petit kilomètre…

       (  avec une crevaison au pied de la bosse ...)

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    JP  manie aussi bien les roues que les  ....boules  ( du LOTO )

     

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    vous les avez tous reconnus ?

     

    pour admirer les  ocres de  ROUSSILLON :

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE

     

    ...  puis  rouler en direction de Gordes,

    - Séjour en VAUCLUSE 

    avec  pause  casse-croûte  obligatoire !

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE

    .....alors qu’une mignonne petite côte permettait d’en faire l’économie. Mais on aime ça, on ne se refait pas… Et on ne dit même pas qu’on a mal aux pattes, et d’abord, on est endurant et on n’a pas mal aux pattes…N’est-ce pas, Messieurs ?

    On a roulé parfois à 22 à la queue leu leu, traversant des villes, sans se perdre, provoquant l’ire de certains automobilistes (eh, oui, la voiture n’aime pas le cyclo).  

    André joue les acrobates et prend des photos tout en roulant. C’est fou les talents et les efforts que l’on peut déployer quand on est Président et photographe !

    Le retour au bercail est une source de dépaysement quotidien pour les moins rapides. Car le domaine de Mousquety est perdu au milieu des chemins et il est difficile de se repérer. Mais tous les soirs, l’un de nous, toujours le même (mais qui est-ce ?) qui tentait de ramener une partie des cyclos au bercail, s’engageait sur un trajet inconnu et… tous les soirs, on s’égarait un moment, on s’enquérait auprès de l’autochtone qui gratouillait la terre de son jardin pour retrouver « la maison ». Un rituel amusant que n’ont pas connu ceux qui roulaient devant...

     

    Les sorties pédestres

    Entre randonnées et shopping, autour de l'Isle sur la Sorgue et la Fontaine de Vaucluse, les trois" dames" sans vélo Jocelyne, Eliane, et Marie Claude ont parcouru environ 70 kms dans la semaine, de super paysages, curiosités et sites remarquables à voir et à revoir. Leurs pas les ont conduites à l'abbaye de Sénanque, la Fontaine de Vaucluse, aux dentelles de Montmirail, au village des Bories, aux gorges de la Nesque et à Vaison la Romaine. Excellent séjour très bien organisé... à refaire

     

    - Séjour en VAUCLUSE  

    des  marcheuses  oui ....

     

    - Séjour en VAUCLUSE 

    .... mais  pas  toujours  !!

    - Séjour en VAUCLUSE 

     

    - Séjour en VAUCLUSE 

    - Séjour en VAUCLUSE 

    à  déguster  sans  modération !!

     

      ____   pour  lire  la suite,  CLIC  ICI  _____

     


    votre commentaire
  • Quelques anecdotes pour agrémenter ce récit :

    • On a failli perdre notre montgolfière… C’est qu’elle est vaillante, un peu étourdie aussi. Quand elle voit une roue devant elle, elle s’accroche, même si le rythme est rapide. Et puis, voilà qu’elle a décroché. Pas de problème se dit-elle in petto, le reste des cyclos va arriver. Pas de carte, pas de GPS, pas de cyclos en vue, pas le circuit dans la tête. C’est le portable qui l’a sauvée et nous a permis de la retrouver.
    • Au retour, petite mise en scène de potache pour agacer les semeurs de montgolfière. A l’Isle, on leur a demandé où elle était, ce qu’ils avaient fait d’elle. (Sur l’air de « Z’avez pas vu Mirza ») Z’avez pas vu Evelyne ?/ Oh là, là, là, là, là !/ Z’avez pas vu Evelyne ?/ Qui a bien fait sa maligne/ Z’avez pas vu Evelyne ?/ Rires des semeurs qui sont incrédules (« non, elle n’était pas avec nous »), puis rire un peu jaune, puis légère inquiétude…André prend le téléphone pour l’appeler… mais elle ne répond pas. Finalement, Evelyne sort de sa cachette et le sourire revient.

     

    • Une chute. Pas trop grave sur l'instant mais des douleurs. A l’arrêt, comme souvent. La chaussure qui reste coincée dans la pédale. Mais Patrick a grimacé en silence, a boité sans gémir, s’est soigné sans en faire un plat. Il est même remonté sur son vélo le lendemain. Et puis, ça ne lui a pas coupé la parole !   aux dernières nouvelles, il a une fêlure osseuse au fémur et devra se faire soigner sérieusement, comme quoi une chute n'est, hélas, jamais anodine.

     

    • Une dernière sortie (jour 7) en forme de bégaiement. Vous ne comprenez pas ? Normal, je vous explique : un individu que nous ne nommerons pas, mais il se reconnaîtra et ses coéquipiers aussi, propose, le dernier jour, de rallonger un peu la sortie. Apparemment, tous acquiescent. Il faut ajouter 10 km de montée, puis on redescendra.  De retour au bas de la côte, on s’engouffre dans une petite épicerie qui s’apprête à fermer. On pique-nique,
    • - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    • - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    • - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    • puis vient la question : « par où rentre-t-on ? » « Et si on passait par Murs ? » Oui, mais pour cela il faut se retaper la grimpette.
    •  

      - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

                    zoomez  pour voir les  cyclos.

    • - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    • une belle route pour arriver au  Mur de la Peste....un bien joli nom!!

     

    • Et voilà. Machin, on te déteste !!! Et on refait la grimpette… en râlant un peu, pour la forme ou pas. Quel est l’animal qui a eu l’idée saugrenue de faire cette proposition ? Hein, Pierre, tu voulais que je l’écrive, tu avais un air de conspirateur quand tu es venu faire cette suggestion ? Eh bien, c’est fait.
    • - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    •    PIERRE   est  un  sage ...il a même un  musée à son nom !!

     

    • Le cinquième jour, alors que l’on commence à dévorer des sandwiches sur une jolie place de Vaison la Romaine, on voit arriver Michel, les bras chargés de sachets. Enfin, nous disons-nous, depuis le début du séjour nous nous demandions quand il allait honorer sa réputation d’amateur de pâtisseries qui s’était confirmée à Cambrils, et nous étions déçus : impossible de le prendre en flag. Enfin (je reviens en arrière parce que les phrases à rallonge font perdre le fil), enfin, il est pris sur le fait, sur le point de commettre le péché de gourmandise… on rigole, on le met en boîte, il pose son vélo, les bras toujours pleins, et là, il déclare : voici un paquet de croquants que la boulangère a donné pour le groupe !!! On reste tout bête.

    - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    - Séjour en VAUCLUSE....suite....  

    Patrick parle ( c'est normal )  et  Martine  boit....son café

     

    - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    les  " asperges rouges " sortent la tête...du Pont

    - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    - Séjour en VAUCLUSE....suite....

     

    • Le 1° Mai, jour 4. Un des buts de la sortie est l’Abbaye de Sénanque.

    - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

      à Sénanque,  notre  " MAIA "  veille au respect des lieux

    • Le ciel est encore bien couvert, mais la directrice de l’hôtel nous a assuré la veille qu’il ne pleuvrait pas et qu’il ferait doux. Dans la descente du col de Murs, la pluie nous surprend (enfin, pas tant que cela), quelques gouttes d’abord, mais ça mouille. On sort les vestes de pluie, les gouttes s’intensifient. Il fait 9°. La pluie fouette les visages, s’infiltre dans les chaussures qui deviennent pataugeoires, on descend avec prudence mais pas si doucement que cela. On a froid, on voit des carcasses qui tremblent. Vous trouvez que j’en rajoute ? Pas du tout ! Enfin la pluie s’arrête, et si l’on ne peut pas dire que l’on se réchauffe, on a un peu moins froid. On est pressé de rentrer quand même.

    - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    et si  Evelyne s'habille,  c'est qu'il ne fait pas chaud !!

    - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    une bien belle journée...sans soleil

     

    - Séjour en VAUCLUSE....suite....

     

    • Un soir, l’animation est un karaoké. Nous sommes attablés au café, tranquillous, en train de boire une tisane ou un café… quand une animatrice joviale et enthousiaste nous vante l’animation et nous demande de chanter. On est courageux, mais pas téméraire et, pour se préserver de cet exercice, on pousse du coude les deux choristes pour qu’elles représentent le groupe et participent à la soirée. Laurence s’inscrit… pas très partante à l’origine. Elle chantera « Gaston, ya l’téléfon qui son et ya jamais person qui y répond. » , mais pas toute seule… et, à l’insu de André P, elle l’inscrit pour un duo, parce qu’il chante bien. Vous avez vu la tête de notre Dédé lorsqu’il a découvert son nom inscrit sur l’écran ??? Dommage que nous n’ayons pas pris de photo de son incrédulité… Mais, en bon sportif, il s’est soumis à l’exercice et le duo a bien fonctionné.

    - Séjour en VAUCLUSE....suite.... 

    en route  pour le  TOP  50  ??

    • Dernier jour, on part, enfin, on devrait partir. Martine se demande si son taxi ne va pas lui faire faux bond. On vous passe les détails. Finalement, comme l’an dernier, elle circule dans deux voitures, elle d’un côté et ses affaires de l’autre. Ouf.

    ----- et maintenant, page suivante pour le  QUIZZ  du séjour 

     

     


    votre commentaire
  • Notre petit jeu : « les reconnaissez-vous ? » Attention, certains ou certaines figurent plusieurs fois. Essayez de compléter les noms

    • Ils sont aux avant-postes, dès que la route s’élève sur plusieurs kilomètres. Rythme régulier, pas d’effort apparent, des métronomes souriants, ce sont nos chamois du vélo (2 noms). 

     

    • Ils sont les poissons-pilotes du groupe, l’un suit sa carte, l’autre son GPS, le troisième surveille le tracé. « C’est par là. ». « Non ». « Si ». « Non ». « Tu te trompes ». « Mais non ». Les autres attendent patiemment, sachant qu’ils les conduiront toujours à bon port. (3 noms) 

     

    • Ils roulent discrètement avec le sourire, cherchent à ménager leurs forces. Relativement peu de kilomètres au compteur, ils écoutent attentivement les autres, ne s’expriment qu’à bon escient et impressionnent par leur courage et leur ténacité. (3 noms) 

     

    • Ils forment souvent l’arrière-garde, comme des Roland à Roncevaux, récupèrent les brebis isolées. « Elle est où Laurence ? » « Son vélo est là ». « OK, je l’attends » A d’autres moments, ils s’accrochent à la roue des chamois grimpeurs déjà évoqués (enfin, ils essaient).  (4 noms) 

     

    • Ils viennent de ranger les skis de fond (« Comment ça marche déjà un vélo ? Est-ce qu’il faut farter ? »), savent qu’il faut s’économiser et ne pas (plus) rouler en chasse-patate (merci Josette !). (2 noms)

     

    • Un entraînement sérieux et assidu à leur actif, l’une se sert de son K Way comme d’un spi pour suivre les meilleurs, l’autre souffre parfois du genou, recherche le calme et le silence. Pas facile dans son cas ! (2 noms) 

     

    • Deux transferts bien intégrés. L’un gère avec brio ses x printemps sans efforts apparents, l’autre mouline, discrète et souriante, et s’adapte si bien au groupe que seul son maillot nous dit qu’elle vient d’ailleurs. (2 nom)

     

    • Ils emmènent dans leurs roues des groupes de petits canards cyclos qui s’abritent comme ils peuvent, surtout quand le mistral se déchaîne de face. L’une compte les pignons des cassettes de tous les vélos. L’autre se permet de temps en temps des échappées fulgurantes (dites « massenades »). (2 noms)

     

    • Elles chevauchent des vélos spéciaux, qui font des jaloux dès que la route s’élève. Elles attendent les retardataires et veillent sur les uns et les autres, même si l’une des deux profite parfois de son avantage technique pour venir agacer l’avant-garde dans les cols. (2 noms) 

     

    • Il cultive discrètement sa différence, quitte le stage pour aller voir sa compagne et son chien (ou vice versa), revient, roule avec le groupe, et, par crainte de le retarder, finit la sortie en solo. Une sorte de gentleman du vélo. (1 nom) 

     

    • Ils s’arrêtent, ou pas, pour prendre des photos ou pour vérifier que tout le monde est bien là (17, 18…) et, missions accomplies, repartent à fond les manivelles vers l’avant-garde du peloton. (2 noms )

      ---- REPONSES  PAGE SUIVANTE ----

     


    votre commentaire